Comment découvrir sa passion?

Nos moments les plus beaux se trouvent toujours dans notre enfance. A ce moment la vie ainsi que nos parents impriment leur expérience dans notre cerveau afin que nous puissions grandir et nous identifier en possédant les marques de la prudence, de la clairvoyance et que sais je encore. Leur passé couronné ou pas de succès suivant leur perception de la réussite nous inonde. En grandissant, nous commençons par une certaine alchimie à reconnaître l’environnement, se familiariser avec notre entourage et par la suite se lier à une volonté d’être quelque chose dans un futur, quand nous serons devenus grands. A ce moment nous embrassons la vie avec tout le courage que nous témoigne notre innocence imbattable. Nous arrivons à nous parler à nous même, nous arrivons à nous projeter dans un futur lointain et voir à quoi et à qui nous serons fier de nous voir physiquement présents dans ce futur lointain qui à ce moment sera un futur présent et vivant, nous voyons en nous l’être aidant que nous serons. Mais en passant de l’enfance à l’adolescence, de l’adolescence à l’âge adulte, un phénomène presque inexplicable se passe et tout à coup on devient trop réaliste et responsable pour ne plus être ce que nous avons toujours souhaité être. Certains y parviennent, mais la majorité se laisse emporter par cet oubli qui nous reviendra plupart, parfois trop tard. A ce moment pour ceux qui pensent encore vouloir prendre le train en marche, deux questions à répondre avec sincérité, résument notre enfance: Qu’est ce que nous aimons et que nous faisons particulièrement bien comme activité ou métier? Comment par cette activité ou métier, nous pouvons créer un service pour le bien des autres? 

Comments

  1. Ceci montre bien que l’adulte qu’on devient se forge au fil du temps et des expériences vécues. Il n’est pas l’enfant qu’on était, il est parfois une tout autre personne qui a une idée réelle de ce qu’est la vie.

    • Bonjour Flore!

      Merci pour ton réaction à cet article. Pour aller dans ton sens je dirais que l’adulte est donc un enfant progressif ou un enfant évolué ou amélioré. Cela tourne toujours autour d’une étape améliorée de l’enfant d’une manière ou d’une autre, un peu comme des marches d’escalier où à chaque marche supérieure directe, nous sommes la résultat des acquisitions de la marche directement précédente qui elle aussi est le résultat de sa marche directement précédente et ainsi de suite. Les informations glanées deviennent des sources précieuses inconscientes de l’étape avancée que l’adulte devient. D’une manière aussi nous pouvons essayer de découvrir combien ce qui est vue comme un peu non influençant, dans le sens de la détection de nos passions est tributaire de cette période innocente quoi que adulte, on peut penser ne pas avoir besoin de cette partie. Mais ce sera l’objet probablement d’un autre article qui paraîtra sous peu.

  2. C’est en grandissant que commence la vraie vie. Non pas que l’enfance aura été une phase sans importance !!! Car en fait l’enfance, l’adolescence sont des étapes à vivre pleinement. Toutefois, devenu adulte le temps est plus à la réalisation qu’à tout autre chose. La question sur ce que nous aimons ou pas se pose t’elle vraiment ?? Car le courant de la vie nous amène et nous ramène. Mais la capacité à rester au service des autres indubitablement doit rester présente.

    • Bonjour Nege!
      Merci déjà pour votre réaction suite à cet article. Cette partie de votre commentaire a juste trop attiré mon attention: La question sur ce que nous aimons ou pas se pose t’elle vraiment ?? Car le courant de la vie nous amène et nous ramène… Oui la question se pose vraiment! Comment être au service des autres si nous ne savons pas ce que nous aimons? Nos rêves sur ce que nous voulons être ou devenir sont plus dans nos moments d’innocence de notre enfance. Par exemple mettre autant de jouets autour d’un enfant et on découvrira sa passion dans la vie. C’est une technique que les asiatiques utilisent; s’il faut attendre l’âge adulte nous auront un être déconnecté qui sans le savoir fera ce travail de façon consciente ou inconsciente, cette personne arrivée à l’âge sans le faire est le style que nous avons ici dans la plupart des cas en Afrique, ne pas trop savoir ce que nous voulons faire de notre vie. Ce petit détour dans cette période donne assez d’information exploitable pour clarifier ses passions ou ses rêves. Cela ne nous détache pas du pragmatisme ou des réalisations concrètes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *