Le quadrant d’expérience du Leadership

Nos rêves et nos passions dans la vie comptent plus que tout. Il s’agit de cela dans cet article. Le leadership c’est le leadership a dit John C. Maxwell dans son livre « Les 21 lois irréfutables du Leadership ». C’est l’art d’influencer les autres par sa vision de la vie, des affaires, du social, du professionnel, des finances, de la santé et des autres domaines de la vie que nous connaissons. Influencer les autres à se surpasser, à se découvrir, à s’identifier comme capable de cheminer vers leurs passions, leurs objectifs de vie, leurs rêves, influencer les autres à réaliser le potentiel qu’ils ont en eux, et de ce fait la confiance en soi qui est le vecteur primordial de la marche vers sa vision. Les influencer afin qu’ils soient capables d’atteindre les mêmes sommets que le leader, en marchant sur ses pas (principes et méthodes), qu’ils puissent être au même niveau que le leader. En cela une différente nette apparaît avec le management qui lui reste directif et jouit d’un caractère de subordination du manager sur les autres. Ils ne pourront pas être à son niveau ni avoir les mêmes statuts que lui, pourtant en leadership c’est possible et c’est là la différence. Un leader prend ses collaborateurs d’une position A à un position Z en passant systématiquement par toutes les positions intermédiaires car il n’y a pas de raccourci en leadership. Le leadership pose les bases ou les principes que le développement personnel se chargera de rendre opérationnel dans la vie du concerné pour qu’il puisse à date, coûts et quantité définis atteindre ses buts fixés.

Sans toute fois revenir dessus, les articles au j’ai publié en avance, à savoir Comment découvrir sa passion et Pourquoi avoir une vision (son leadership) seront d’une utilité facile pour ceux n’ayant pas encore lu ces articles. Une règle de base en leadership est la suivante, ce n’est pas notre altitude qui définira notre aptitude qui elle définira notre attitude au leadership ; c’est à l’inverse notre attitude qui définira notre aptitude qui elle définira notre altitude au leadership.  Cela s’appelle la Loi du couvercle présentée dans le célèbre livre à succès de John C. Maxwell – Les 21 lois irréfutables du leadership. Le quadrant d’expérience du leadership présente donc un processus de progression infaillible que toute personne qui veut se réaliser doit à coup sûr suivre. Cela demande un volume d’heures de travail impressionnant à consacrer pour la cause que nous défendons. À titre d’illustration, pour être un professionnel ou un expert dans un domaine donné, il faut avoir passé 10000 heures de travail acharné dans ce domaine afin de développer des reflexes insoupçonnés dans ce domaine de façon à ne pas réfléchir avant d’agir. Cela s’assimile comme je l’ai dit une fois à quelqu’un qui noue ses lacets sans les regarder, à quelqu’un qui va en direction de son lieu de service ou de sa maison ou vers un lieu public ou autre sans se soucier des pistes à prendre. Le corps réagit par réflexes pour la simple raison que cette personne a fait de cette activité une régularité au point de plus rien prévoir à l’avance étant sur le chemin. Cela peut être aussi une couturière qui n’a plus besoin de regarder la machine avant de coudre un vêtement, mais qui sait par la position de ses mains quoi faire et juste le sens du fil sur le vêtement ; pareil à un toute personne ayant passé ces mêmes heures à faire exactement la mêmes chose, je pense aux enseignants qui sur le temps n’ont plus besoin de préparer le soir leurs cours du lendemain mais qui sont devenus eux-mêmes le cours en question car ils vivent en eux la puissance de la répétition mentale des mêmes choses quoi que les explications prennent des apparences différentes.  On appelle cela l’expertise dans le domaine en question. En d’autres termes, passer 10000 heures revient à ceci : si la personne travaille 8 heures par jour, nous aurons 10000 divisé par 8 soit 1250 jours pour y parvenir. Sur une année de 261 jours (2 jours de repos par semaine soit 104 jours dans l’année retranché de 365), la personne aura besoin de 1250 divisé par 261 soit 5 ans 27 jours et 20 heures pour devenir expert dans un domaine. Ici on conviendra que la personne a travaillé toute une année en se contentant des week-ends comme repos uniquement. Avec ce temps de travail, n’importe qui devient un as dans le domaine choisi, allant de la mécanique à la thermique ou la physique quantique ou physique nucléaire ou en électronique spécifique ou en couture ou styliste ou génie civil ou en vente ou en marketing relationnel et bien d’autres encore. Ce niveau devient un état qui va générer une de production de revenus puissante et à vie tout en continuant de travaillant maintenant très peu, pour un volume de revenus toujours élevé. C’est l’étape de la DUPLICATION.

Nous pouvons constater que rare sont ceux qui arrivent à ce niveau de perfectionnement. Une autre raison de justifier que les gens n’ont pas e droit de se plaindre tant qu’ils n’ont pas atteint ce volume d’heures à répéter les mêmes choses. Je dis bien répéter les mêmes choses. Combien parmi nous le font ou l’ont fait ? À partir de ce niveau, nous pouvons honnêtement nous regarder dans un miroir et estimer le volume de travail que nous avons à faire. C’est très facile de voir un certain matin ou d’entendre dire de quelqu’un qu’il a réussi en un jour, sans jamais regarder tout ce temps fou et qui fait peur dans les challenges répétés, les veilles nocturnes, les insomnies, les blessures, les insuccès, les maladies, les rejets des autres parce qu’il n’a plus le temps à consacrer aux autres qui eux ne font pas cela. Voila en quoi se résume la vie de chacun. Nous devons nous demander ce que nous faisons chaque jour de différent et de répétitif dans la poursuite de nos rêves, pour espérer les voir se réaliser un certain matin où tout le monde travaillant extrêmement moins par rapport à ce volume d’heure dira avec stupéfaction un gros WOW ! C’est un génie ou un surdoué comme nous en avons l’habitude !! toute chose que nous faisons de façon répétée dans cette cadence finie toujours et à coup sur par marcher. Ailleurs, ce temps que personne ne voit est communément appelé La partie invisible de l’iceberg ! Celle qui est noyée dans l’océan de la vie caractérisé par ce que nous pouvons appeler problèmes, challenges, difficultés, insuccès et pour d’autres l’échec, les erreurs, les inaccomplis provisoires, les défaites temporaires comme Napoléon Hill les appelle. Une chose reste le dénominateur commun de tous ces gens, qui réussissent dans le noir et dont le succès se voit dans le plein jour, à savoir ZÉRO ABANDON. Ils n’abandonnent JAMAIS, ils peuvent connaitre des faiblesses de parcours mais ils gardent un mental paré à toute éventualité de succès quoi que connaissant des défaites temporaires. Voilà ce qui distinguent les gagnants des perdants. Un gagnant peut perdre en chemin et continue à se battre, pourtant un perdant à la première erreur pli ses valises et cède le loyer à l’ABANDON. C’est pour cette raison que nous ne sommes que la somme de nos pensées dominantes.

A ce niveau pour parvenir, en considérant que les volontaires, ceux qui veulent redonner un sens différent à leurs vies, ceux qui décident d’aller fouiller dans leurs cantines mentales les rêves enfouis, les objectifs de vie archivés, les passions les plus belles gardées, les projets les plus beaux cachés, les livres ou chansons jamais écrits ou composées, tout cela gardés pour une seule raison la peur d’essayer, la perte de cette flamme d’enfant qui nous rendait fiers et forts de penser être ou faire ce que on désirait, simplement parce que en grandissant nous n’avons pas été capable de voir à quel point la CRAINTE a pris place dans nos consciences en lieu et place du COURAGE, de la DÉTERMINATION, de l’ENTHOUSIASME et de bien d’autres principes de vie de gagnants que nous sommes à la base en venant dans ce monde.

Découvrons donc ci-dessous ce quadrant d’expérience du leadership qui fera de nous des hommes faits et non des surhommes, des hommes pleinement conscients de leur capacité et non des extraterrestres car eux aussi s’ils existent nous surveillent car nos capacités sont impressionnantes et font à la limite peur quand on voit d’où part quelqu’un (de zéro) à d’où il arrive (à 1, son succès). Cela demande des forces et des énergies si puissantes que nous n’en sommes pas capables de réaliser que c’est de nous que ces forces sortent. La figure ci-dessous nous illustre le quadrant

IMG_20190119_103241

  1. JE NE SAIS PAS QUE JE NE SAIS PAS

Dans ce quadrant, nous avons à faire à tous ceux qui ne savent pas qu’ils ne savent pas. Cela demeure un frein à la remise en cause de la personne elle-même. Par exemple, une personne ne sait pas qu’elle ne sait pas éviter les erreurs de parallaxe (cette erreur de positionnement que nous faisons souvent devant une horloge verticale devant nous et nous inclinant la tête pour lire l’heure). Dans la vie pas mal d’erreurs de ce genre sont commises et toujours ou souvent les personnes qui la font n’admettent pas que c’est une erreur d’incliner la tête devant un objet qui est dans sa perpendicularité. Ceci va se caractériser dans la vie courante et dans des domaines différents où on n’arrivera pas à réaliser que on ne sait qu’on ne sait pas.

  1. JE SAIS QUE JE NE SAIS PAS

Ici dans ce deuxième quadrant, nous avons la première barrière qui est franchie à savoir admettre qu’on ne sait pas telle ou telle chose. Admettre c’est déjà le plus gros travail car cela prédispose à vouloir apprendre probablement ce qu’on ne sait si cela va dans le sens de nos objectifs de vie, nos passions et rêves. Tout ce qui contribue à notre épanouissement personnel et que nous nous savons ne pas savoir verra un début de solution ici. Un plan d’action pourra voir le jour de façon opérationnelle pour combler ce manque de connaissance dont la pratique régulière dessus deviendra notre expérience avec le temps. Aussi nous travaillerons nos automatismes, nos feront des erreurs que nous corrigerons et qui sur le temps deviendront une somme d’expérience modifiant notre psychologie face à celles-ci, qui elles modifieront nos émotions et enfin modifieront nos pensées face aux erreurs. Alors le processus de développement des réflexes se mettra en place, ce ne sera pas encore le but atteint mais sa construction jour après jour. Ici nous entamons le processus d’apprentissage dont le volume d’heures passera de 0 vers 3000 heures en progressant.

  1. JE SAIS QUE JE SAIS

Ici dans ce troisième quadrant, nous parvenons à la maîtrise de deux facteurs, les bonnes actions (physique) et la bonne psychologie (mentale), nos réflexes conscients sont développés et à chaque fois que nous devons prendre une décision, notre raison ou mental travaille en premier car tout est dans le règne du conscient avant d’agir. Nous passons tous nos faits et gestes à l’analyse consciente avant de passer à l’action. Est-ce que c’est bien ? Est-ce que c’est bon ?  Trop de questions pour y arriver. A ce niveau, nous nous trouvons dans la ligne des plus de 5000 heures de travail dans le domaine choisi. On expérimente tout et le niveau de compétence croit en commençant par occuper la zone émotionnelle de notre être.

  1. JE NE SAIS PAS QUE JE SAIS

Dans ce quatrième quadrant, la progression est si significative que nos décisions suivent le chemin normal de mise en action qui est de l’émotionnel vers le physique. Nous commençons par tout faire sans avoir à l’avance réfléchi à cela, je veux dire sans nécessairement faire appel à notre conscient. Ceci intègre tous les actes posés avant de se rendre compte plutard dans le domaine d’expertise sélectionné. Comme des gestes spontanés sans y avoir été conscient de vouloir le faire par un footballeur en plein match, un soldat en plein champ de bataille, un professeur devant ses élèves, un technicien(ne) devant son équipement d’expertise. C’est ce niveau qui pousse les autres à dire tel est fort, tel est surdoué et tout ce que nous connaissons. Pourtant de façon assidue, en possédant d’abord des principes de leader, en sélectionnant les meilleures méthodes ayant fait leurs preuves pour la réussite, nous avons pratiqué encore et encore contre le temps ; contre l’adversité jusqu’à parvenir au but ultime, à cet idéal qui par la force de la répétition soutenue par le courage, la volonté la détermination, l’enthousiasme et ces valeurs transformées en principes de succès joint aux méthodes. Ceci constitue le PROCESSUS synthétisé dans ce quadrant d’expérience. C’est le chemin à parcourir par tout le monde, certains le font déjà sans le savoir, d’autres l’ignorent totalement mais à la fin on pense pouvoir réussir sans respecter le processus. Après avoir dit au début de cet article que le leadership c’est le leadership, nous pouvons constater qu’indépendamment de notre position géographique, les principes demeurent les mêmes, appliqués différemment, ils demeurent les mêmes. C’est pourquoi on peut dire les gagnants sont des gens ordinaires qui ont accepté, décidé de faire des choses ordinaires suivant un processus strict tous les jours et qui de façon constante et consistante produisent des résultats extraordinaires face à ceux qui pensent qu’il faut être extraordinaire pour faire des choses extraordinaires. Albert Einstein a dit je cite : Être fou c’est faire les mêmes choses chaque jour et s’attendre à un résultat extraordinaire. Au-delà de ceci, nous ne devons pas nous comparer aux autres car chacun est un événement unique qui peut appliquer les mêmes principes que les autres à sa façon, à son rythme et parvenir au résultat escompté par lui. Nos pensées gouvernent nos actions et on ne juge pas un singe par sa capacité à nager dans une rivière (je l’ai emprunté du ON NE JUGE PAS UN POISSON PAR SA CAPACITÉ A GRIMPER SUR UN ARBRE). Nous sommes tous différents, nos affinités ou nos rêves ne sont pas ceux des autres et on ne se comparera pas à eux car c’est chacun selon sa passion, ses forces, son degré de persévérance, de courage de volonté et bien d’autres. C’est tout un cocktail de valeurs nous nous définissent et font de nous les héros de demain, et les modèles pour nos enfants, nos proches nos amis et nos collaborateurs.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *