Perception différente de la foi

Il n’existe pas de vie sans foi ou de foi sans vie. Chaque être humain est en lui-même une foi ou une vie de foi selon sa définition de ce que c’est que la foi. Cela dit tout le monde pratique à un degré relatif fonction de la perception que chacun a, la foi. Nous convenons qu’il est mieux de se donner une référence, un point de départ, une origine afin de développer le contenu de cet article pour une meilleure appréciation de la totalité de notre vie. A noter aussi que le monde et donc chaque humain arrive soit à se plaindre, soit à se réjouir de sa situation selon la mesure qu’il donne à ce qu’il entend dans foi, ceci crée de fait une longue et différente perception ou compréhension du terme.

Selon le dictionnaire A-Z version 4.0.6, la foi prend plusieurs sens selon le contexte, mais je me suis permis de prendre une définition neutre en dehors de la religion et de la politique.

Foi : Toute adhésion ferme et fervente de l’esprit à quelque chose. Engagement que l’on prend d’être fidèle à une promesse. Confiance absolue que l’on met en quelqu’un, quelque chose. Nous pouvons constater qu’on peut avoir foi en quelqu’un ou en un chose, autrement dit se lier à la personne ou à la chose par une idée, une perception, une pensée, un fait, et donc toute imagination soutenue par une désir ardent de maintenir le contact ou la liaison, et ainsi de cheminer chaque instant vers cette idée, cette pensée car la foi reste fort bien dans un premier niveau dans le cadre de l’imaginaire et seuls les mouvements, actions, plans élaborés donneront au quotidien, un sens, une valeur, une persuasion, afin de pouvoir affirmer et confirmer notre foi en une personne ou quelque chose. Aussi pour tenir dans la foi, il faut déjà être plein d’une assurance fervente sur ce en quoi on a mis notre espoir, par la suite, démontrer cela au quotidien par des actes correspondants. À chaque foi définie, vont des actes correspondants. Ce qu’il y’a de beau dans la vie des gens c’est posséder une éducation précise, et en cela l’école s’est spécialisée dans une forme d’éducation dont tout le monde reconnait la valeur. La problématique derrière le titre de l’article est la difficulté que nous avons à évoluer sur tous les plans avec le même principe qui est la foi. Nous assistons au quotidien à plusieurs formes de perceptions à savoir : première perception pour un certaine catégorie de personne, penser avoir la foi dans un courant religieux et avoir pleines de difficultés à exécuter la même foi pour des choses de cette vie, en exemple remettre entre les mains de Dieu même le minima que quelqu’un est sensé faire pour lui-même car rien ne pousse si au départ un action ayant produit cette réaction ne soit enclenchée. Méditer ou prier n’a pas son pareil, mais penser que tout se résume à cela est bien plus lourd et vide car nous sommes dans une existence physique pour passer à l’action, faire en utilisant nos mains, nos pieds notre corps, c’est cette erreur qui laisse certaines personnes de la première perception dans une situation difficile.

La nature est en perpétuelle mouvement comme Dieu, alors en quoi les humains pensent ne pas agir sous-prétexte que Dieu agira à leur place ? Tout peut changer à condition que nous changeons d’abord notre façon de penser, notre perception de la foi, que cette foi s’accompagne de ses actes à elle, et sans ses actes à elle, il est impossible de recevoir ce en quoi nous avons mis notre foi au départ. Ce que nous voulons demande la partie acte pour arriver. Elles sont liées ses deux parties, l’une sans l’autre ne saurait fonctionner et les gens de cette catégorie se sentiraient mieux redéfinir leur perception de la foi. Seconde perception pour une catégorie de personnes qui elles savent très bien que tout ce qui est pensé, imaginé, transformé en conviction d’une assurance ferme et fervente devient une foi forte qui sera soutenue par des actes succédant un plan d’actions bien élaboré à cet effet. Les deux combinés délivrent ce qu’il y’a de meilleur en chacun faisant partie de la seconde catégorie de perception et qui est la bonne et la conseillée.

Être informé de cela est le point le plus difficile car quelquefois il peut arriver de penser que c’est une affaire des autres, aussi parfois le système dans lequel nous avons grandi n’a pas eu pour but de révéler cela en nous. La vie au quotidien s’en est chargée et par succession d’erreur, beaucoup qui n’ont pas eu l’opportunité de suivre un séminaire à propos ou une formation à propos, ou même un enseignement profond dessus dans leur religion se retrouvent bloquer devant cette perception erronée de la foi qui en tout temps et en tout lieu marche avec des actes équivalents pour ne pas dire les œuvres de la foi, sans toutefois se constituer en oppresseur des autres.

À titre d’exemple sur un domaine qui est la recherche d’un emploi, ce qu’il convient de faire est probablement ceci, définir son plan de carrière partant de sa formation universitaire ou professionnelle, ou de son niveau actuel, définir le type d’entreprise qui pourrait ou va nous convenir, obtenir le maximum d’information sur les activités de l’entreprise, sa vision, sa mission, ses buts, sa politique de carrière, son système de rémunération et bien d’autres informations qui seraient précieuses pour soutenir son point de vue, au besoin définir la situation géographique nationale, sous-régionale, internationale de l’emploi pour soi, obtenir les informations fraiches sur les modèles de CV et de lettre d’accompagnement selon le standard actuel ou la meilleure approche reçue des conseillers en recrutement, avoir à disposition ses diplômes et autres attestation ou certificats, ou certifications, définir la période de saisie des lettres, définir le timing d’appels des entreprises retenues si besoin est, définir le timing de dépôt de dossiers aux services concernés dans chaque entreprise, définir le timing des relances pour suivi, travailler à préparer ses phases d’entretien, reprendre la bouche à zéro pour de nouvelles entreprises, continuer à s’informer ou se former fonction du type de travail recherché, y croire dur comme fer, et au bout du compte un bout dans le schéma souhaité se pointera. Ceci est l’ensemble de ce que nous négligeons pour la plupart tout en espérant décrocher le boulot de notre vie, cela est au moins arrivé à chacun de nous, ou du moins pour la plupart. Si deux personnes en face dont l’une fait exactement l’ensemble de ces éléments de préparation et de suivi, et l’autre ne faisant rien de tout ceci, on se demandera bien qui aura le plus de possibilité de décrocher un boulot cadrant avec ses aspirations ou son plan de carrière ? Peu de personnes. On peut sur cette base ci tenter d’imaginer combien dur et quel nombre de personne finiront par prendre le premier boulot qui tombera sur la main, en disant comme d’habitude, on ne choisit pas, on fait d’abord avec, tout de même il peut arriver que quelques-uns se plaignent dans un boulot pris au premier coup dans la peur de chômer, ceci est tout simplement anormal car on n’a pas le droit de nuire à l’autre sous prétexte que nos conditions ne sont pas bonnes, mais on a quand signé le contrat, la perception de l’emploi est juste le facteur aggravant que bon nombre de gens ne veulent pas admettre. Un patron dans son entreprise n’est pas là pour rendre les employés complètement à l’abri du besoin dans le système standard du travail, il faut sortir de là pour imaginer et implémenter des structures améliorées avec un système de pilotage totalement différent de ce que les entreprises conventionnelles font. Et respecter l’ensemble des actions citées plus haut, c’est accomplir les œuvres de sa foi en ce travail que nous voulons. On comprend donc qu’en toute chose il faut se préparer et vivre au quotidien ce que nous désirons obtenir, voilà le vrai sens que nous devons donner à la foi et qui est celle mondialement adoptée et même dans les milieux spirituels. Aller outre c’est se jeter dans un cul de sac et on pensera que la vie nous en veut ou que notre étoile ne brille pas parce que X ou Y chose par un tel ou une telle s’est forcément faite. Une règle en sécurité dit que sur 100% de survenance d’un problème, 96% appartient à l’homme et moi je dirait appartient à soi-même, les affirmations telles que nous sommes responsables de ce qui nous arrive, ce qu’on sème on le récolte, ce qu’on émet on le recevra en retour sont toutes vraies pour ma part et si chacun y accorde un petit bout de temps dessus, très vite on se rendra compte que c’est logiquement et simplement vrai et aberrant à la limite de voir que nous participons quotidienne à notre chute ou à notre succès. Il convient donc de suivre des séances de coaching, de suivi, de foration sur comment réorienter la bonne compréhension et la bonne perception de la foi dont les actes peuvent aller jusqu’à paraître insensés pour ceux surtout qui se plaisent à ne prendre aucun risque mais à donner des leçons sur la prise du risque. Il faut farouchement se méfier de ce genre de personne car il n’y a rien à apprendre chez elles, non pas qu’il faille vous séparer mais pour un objectif, ne suivre que les conseils de ceux qui ont réussi en faisant exactement la même chose qui nous est conseillée et qui ne nuit à personne de prêt ou de loin.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *