Pourquoi travailler sur soi ?

Nos rêves et nos passions dans la vie comptent plus que tout. Il s’agit de cela dans cet article. Ce qu’un homme désir, il peut l’accomplir. Ce en quoi un homme met de son espérance et son assurance de façon continuelle, il l’obtiendra. Ce en quoi un homme fait l’objet de ses recherches effrénées, il parviendra au résultat. Ce qui caractérise chacune de ces personnes, c’est la force d’autosuggestion mentale qu’elle applique sans relâche à sa propre personne aussi longtemps que le jour existe. La répétition est la mère des sciences avait dit un savant. Ce que nous voulons, nous devons nous le répéter en permanence de façon que cela occupe pleinement nos pensées et ainsi passe du souhait au désir. Cela s’explique de cette manière. Tout ce que nous souhaitons reste dans le règne d’une idée sans force de conviction de sa réalisation, tout ce que nous souhaitons est empreint d’une volatilité assimilable à un doute pesant plus que l’objet souhaité. Tout ce que nous désirons est chargé de courage et de volonté à se réaliser. Ainsi entre le souhaite et le désir, la différence si situe au niveau de la conviction, ou de l’absence de doute, le premier a pour force le doute et le second a pour force le courage. Deux forces antagonistes qui ne peuvent que travailler chacune dans le sens de la réalisation de sa valeur. Le souhaite qui a pour force d’appui le doute verra que tout concourt à la réalisation de tout ce qui sera bon pour douter de l’accomplissement de l’objet désiré. Le corps par son système de pensée fonctionne ainsi.

Si le système moteur a pour énergie le doute, les pensées produites seront chargées de doute et ainsi produiront ou enverrons des signaux de commandes empreints de doute au reste du corps qui fera tout pour exécuter les actions de doute dans l’obtention de l’objet souhaité. Ce qui nous caractérise, c’est la force émotionnelle que nous chargeons sur chaque idée, pensée, projet, sujet, rêve, objectif, passion, dans notre vie. Beaucoup de gens ne voient pas les choses sous cet angle et s’attendent souvent à des résultats positifs qui eux n’arrivent pas et qui n’arriveront jamais. Comprendre ceci refait la fondation sur laquelle nous voulons bâtir le départ de toute action ou tout rêve. La vie nous apprend qu’il faut toujours avoir confiance en ce que nous voulons. Pourquoi ceci ? la confiance est un ensemble d’éléments se greffant sur l’objet souhaité de nature ou de façon à générer autant de forces allant dans le sens du désir exprimé ; prenons un exemple, prenons quelqu’un qui veut rencontrer une autorité dans un cadre précis, en disant je souhaite vous rencontrer M. X ! analysons cette phrase et tâchons de déceler ce qui est soutenu en termes d’émotions dans cette phrase. Nous pouvons remarquer que l’éventualité d’un refus plane au-dedans, au-dessus, en-dessous et tout autour de cette phrase prononcée par son auteur. Les humains communiquent comme les animaux c’est-à-dire par émotions. La phrase prononcée est de la parole, la parole prononcée est une onde émise, l’onde émise est une fréquence déploie. Suivant quelques principes en électronique, un modulateur module un signal avec tous les paramètres cités, et un démodulateur démodule le signal suivant les paramètres d’émission. En y accordant de la valeur, tous les signaux sont négatifs car le signal de base est le doute qui est une basse fréquence et l’autorité en face recevra plutôt cette basse fréquence comme signature émotionnelle du souhait formulé. Cela lui donne la possibilité de lire une absence de priorité dans la demande du concerné et lui donne la possibilité à l’autorité de choisir à la place du demandeur de rencontre, et si le choix est laissé à l’autre, il ira toujours dans le sens de la valeur positive ou négative de la signature émotionnelle du message démodulé. Le demandeur se sentira parfois mal de voir sa proposition déclinée pourtant le problème n’est pas chez l’autre mais chez SOI. Ici nous le manque d’action ou d’ordre de réalisation fort est la caractéristique du souhait.

En revanche en formulant un désir, il se passe comme une liaison directe entre la pensée et le corps en termes de réussite de l’objet désiré. Ceci pour la simple raison que la signature du message est chargée de conviction, de certitude, de courage, car le souhait habite juste dans le règne des idées sans jamais passer à l’action, pourtant le désir habite dans le règne des idées passant à l’action afin d’avoir son équivalent physique ou sa réalisation propre. Il est donc admis de désirer et non de souhaiter, car qui désir trouve le moyen et les fores de passer à l’action pourtant qui souhaite trouver les forces de ne rien faire et donc de retarder la réalisation ou de toujours remettre tout à plus tard. Ceci montre fortement l’objet de cet article qui est de TRAVAILLER SUR SOI ! ceci implique un travaille fort et utile à la redéfinition des émotions qui soutiennent chacune de nos idées. Chaque idée se charge premièrement d’une émotion positive ou négative, bonne ou mauvaise et cela impulse cette émotion au reste du corps qui travaille avec cette émotion comme élément de base de la production ou matérialisation de ce qui est souhaité ou désiré. Notre cerveau imprègne sur chaque idée une émotion qui caractérise le schéma d’action à enclencher et le type de résultat à obtenir. Nous devons sélectionner les émotions qui doivent être utilisées comme ingrédient de base de la fabrication de chacun des produits (idée, rêve, objectif de vie, passion) que nous voulons. Personne n’a jamais vu la passion mais tout le monde ressent les émotions accolées à la passion à savoir joie, sourire, gaieté, courage, enthousiasme et bien d’autres. Cela devient évident de savoir que nous sommes plus énergétiques que physique. Je m’explique ! nous sommes plus dépendants de la pensée que de l’action. Toute action pour se réaliser à besoin d’une énergie peut importe son caractère positif ou négatif, tant que c’est de l’énergie ce sera toujours bien. Action égale énergie + mécanisme d’exécution. Tout événement est une action mais de manifestation différente ? souhaiter est perçu comme une action dont la manifestation ne sera RIEN, rien n’est juste que l’absence de quelque chose que nous appelons SATISFACTION Désirer est perçu comme une action dont la manifestation est SATISFACTION. Satisfait de voir que ce que on a désiré faire a exactement pris forme dans le modèle conçu en pensée.

Obtenir des pensées chargées d’énergie positive c’est entreprendre des actions spécifiques comme lire des livres motivants, suivre des audios/vidéos inspirantes, assister à des formations spéciales dont le but est de dynamiser la pensée, la charger d’émotions positives au point où chaque imagination que nous pourrons avoir ne puisse puiser que du positif pour produire du positif et non titrer du négatif pour produire du négatif. Nos pensées quels quelles doivent toujours être chargées d’émotions positives. Ce travail se fait individuellement sur chacun et non à l’extérieur car c’est nous qui produisons ce qui existe dehors pour nous et non l’inverse. La nature a besoin d’ordre venant de nous sous formes d’idées pour à son tour agir sous forme immatérielle afin de parvenir dans le même schéma de production à faire exister ce que nous voulons toujours sur notre ordre. Recherchons chaque valeur émotionnellement positive qui cadre avec nos aspirations, nos valeurs et remplissons notre maison mentale de celles-ci afin de toujours posséder les bons ingrédients, la bonne matière première pour la production des produits de qualité. Se construire mentalement c’est se préparer à la réussite dans ce que nous faisons. Remplacer le doute par le courage c’est activer un ordre direct et strict de passage à l’action pour l’existence continuelle de SATISFACTION. Ce travail sur soi devient la construction de principes de vie dont le facteur de mesure du progrès est le PROCESSUS. Pour avoir de bonnes habitudes, il faut avoir répéter les mêmes choses positives à un niveau de fois si important que le quadrant d’expérience du leadership présente de façon claire. Le prix ou le sacrifice consenti, les douleurs vécues deviennent la compensation lors de la transformation de l’idée intangible en action tangible. Ceci correspond à un principe physique sur la loi des changements d’états de certains corps. Si nous avons de l’eau liquide, chauffée à 100°C, elle commence à se vaporiser, ce changement d’état consomme de l’énergie thermique qui entraine la rupture des liaisons entre les molécules, c’est une souffrance pour un bien. Toute chose qui a besoin de passer d’un état un à un état deux se doit de laisser ce qui peut être perçu comme le prix du changement d’état. Pour cela nous avons besoin de grandes quantités d’énergie que nous possédons déjà et qui est un signe de procréation chez nous. Notre force de procréation est en réalité notre réservoir d’énergie pour tout créer ou pour tout faire passer à l’existence. Ne négligeons pas cette force et sachons en faire bon usage, concentrée et transmutée en action cela devient juste phénoménal. Mal exploitée cela génère plutôt un niveau de frustration et de lenteur dans la prise des actions.

 

Sachons travailler sur soi et faire bon usage de notre plus grande force.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *